Maman ! Maman ! Maman !

Photo par Roberto Volterra

Photo par Roberto Volterra

“Maman ! Maman ! Maman ! Maman !”

Le cri joyeux accompagné du bruit des petits pieds qui tapent par terre à toute allure nous paralyse comme si la foudre tombait à nos pieds.

Heureusement l’une d’entre nous a quand même le réflexe d’attraper Lola au vol.

 

Désolée ma puce, nous ne pouvons pas te laisser voir ta maman. Pas comme ça. Pas maintenant.

 

A ces “maman !” joyeux, Lola fait succéder des “maman!” de plus en plus furieux tout en se débattant dans les bras qui l’ont capturé.

Son père arrive enfin – la petite devenue une habituée de ces couloirs l’a semé de toute la vigueur de ses petites jambes – sur ces entrefaites et s’arrête net devant la scène. Instinctivement nous avons fait corps autour de Lola et de sa gardienne pour qu’elle ne s’échappe surtout pas vers la chambre de sa mère. Nos visages gris et nos regards fuyants lui disent tout ce qu’il ne veut pas savoir avant que le médecin qui s’approche de lui n’ait prononcé le moindre mot.

Lola, probablement saisie par la réaction de son père qui s’est affaissé sur le siège le plus proche, s’est arrêtée de crier et de se débattre. Elle nous regarde et nous brise le cœur en nous demandant tout doucement “Maman?”. C’en est trop pour la jeune stagiaire dont c’est le premier jour dans le service qui s’enfuit en pleurant vers le bureau.

 

Désolée ma puce, cette maman que tu réclames si fort a succombé à son cancer il y a quelques minutes et aucun de nous n’a le pouvoir de te la rendre.

Tagged , . Bookmark the permalink.

Un commentaire?